Tempête normande

Des bocages aux rivages,
Eole, comme  fou de rage,
Étend son souffle de bris
Sur les pâtures de Normandie,
Arrachant de l’arbre la pomme
Que l’imprudente main de l'homme
N'avait pas encore cueillie.

Des pays de Bray à ceux de Caux
Les rafales se font l’écho
Du courroux d’un diabolique vent
S'échouant en grande hâte,
Pleurant  colères et tourments
sur les falaises d’albâtre.
Soudain, une lueur traverse les nues.
Le soleil perce. Le calme est revenu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s