Belzebuth

J'aime les demeures de village 
qui cachent derrière leurs pierres 
les histoires des veillées de naguère. 
 
J'ai déposé mes bagages 
dans une maison au bord d'un ruisseau 
dans un tout petit village  
inspirant calme et repos 

Mais Satan habitait ces lieux. 
Toutes les nuits de ses danses, 
il brisait le silence. 

Tremblante dans mon pieu 
j'attendais le matin 
qui ferait fuir le Malin. 

Prières, exorcisme, n'y firent rien ! 
Chaque nuit, Belzebuth revint ! 
C'est alors que notre voisin, 
lui-même énervé par le tapage, 
vint sur le toit déposer une cage. 

Et par un leurre trompé 
Belzebuth fut enfin attrapé. 
Au grenier, point de diable, point de revenant 
Juste une fouine comme unique occupant. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s