L’Emile (Extrait Jean L’Ecaillon)


Quand faut-il cueillir les pommes ?

Je me souviens de toi, l’Emile
Ta mèche noire, rebelle
Sous un béret intemporel.
Je me souviens de toi, l’Emile
De tes yeux bleus ayant tout vu
Parfois livides d’avoir tout vécu.


Je me souviens de toi, l’Emile
Arpentant les campagnes et les bois
Amassant cèpes, myrtilles
Et pommes dans un vieux cabas
Ou des brindilles trouvées ci ou là.
Sait-on jamais ! Ici, l’hiver est froid !


Je me souviens des silences timides,
De tes soudains souvenirs,
Lâchés dans un soupir :
L’enfance blessée…
La vie d’ardoisier…
Les rêves brisés !
La gamine qui t’écoutait, pantoise,
A quitté, depuis, ses verdous d’ardoise.
Mais jamais, L’Emile je ne t’ai oublié.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s